Un rêveur ? non, un prince !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un rêveur ? non, un prince !

Message  Invité le Ven 20 Juil - 18:40

Le victorin était songeur, à la Cour, on parlait beaucoup de son mariage et il ne savait pas vraiment sur quelle princesse le choix de son père allait se porter ; c'était la grande question… L'occasion permettait d'ailleurs d'enrichir certains courtisans peu scrupuleux qui organisaient, plus ou moins clandestinement des paris sur la prochaine future reine d'Aldarnor.

Cette amusement futile rendait le victorin mal à l'aise, en amour, il était assez maladroit, et n'avait, à la différence de son père à son âge, aucune maîtresse, c'est d'ailleurs ce qui poussait le parti dévot à s'enorgueillir de compter l'héritier du trône dans leurs rangs ; ce qui était faux bien entendu, le victorin prenait soin de ne pencher d'aucun côté, et surtout pas d'un qui serait à l'opposé des idées du roi son père.

Il voulait avoir son mot à dire dans ce mariage, le victorin était un jeune homme cultivé et intelligent, il lui fallait une femme ouverte aux nouvelles idées, il ne voulait pas que son épouse ternisse son image qui déjà était celle d'un prince plus réformateur encore que son père. Il faudrait donc être agile, pour obtenir du roi ce qu'il voulait de lui. Le Belondor démocratique plutôt que le Maisne réactionnaire... Car même le jeune prince était quelque peu idéaliste, il savait très bien qu'il y avait peu de chance pour qu'il aime sa femme dès le premier jour ; cela lui semblait être une fatalité des têtes couronnées, hélas !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rêveur ? non, un prince !

Message  Eustache Thuillier le Mer 1 Aoû - 13:28

L'archevêque de Rouvray venait, comme à l'accoutumée, rendre visite au victorin. Les deux hommes avaient forgés avec le temps des liens très étroits : Eustache Thuillier était l'aumônier du victorin depuis son plus jeune âge. Véritable père spirituel pour le victorin, Eustache espérait bien convaincre, ou du moins orienter le prince vers ses propres idées. En effet, Eustache était le chef de fil du parti dévot, farouche conservateur et très défavorable à une alliance belondaure. On ne pouvait accepter de voir un infant d'Aldarnor épouser une princesse belondaure, il y avait là un trop grand décalage ! L'empereur des Belondaures est élu, sa Maison n'est donc régnante que parce que le peuple belondaure le veut, en Aldanor, il en va différemment, le roi est souverain par la grâce divine, et rien d'autre, rendant ainsi le sang de la Maison royale d'Aldarnor sacré ; alors, pas question d'une petite belondaure !

Tout ceci avait le don d'énerver Eustache, lui qui était un des promoteurs du mariage avec la princesse de Myzithras, Anne. Il ne parvenait pas à comprendre pourquoi le roi s'érigeait en barrière à une telle union. Il fallait faire entendre raison au roi, et quoi de mieux que de convaincre d'abord le futur époux pour mieux espérer la bienveillance du père…

Eustache arriva dans l'après-midi devant les appartements du victorin, qui l'attendait. Ayant sollicité lui-même cette entrevue, que le victorin ne s'était pas senti le cœur de refuser, Eustache fut rapidement introduit par M. Mériweth, valet de confiance du victorin, il l'annonça simplement :


— M. Thuillier, votre aumônier monseigneur.

— Bonjour Altesse, je suppose que vous avez une petite idée de la raison qui m'a menée jusqu'ici mon fils.

Peu d'hommes des Dieux osaient user d'un qualificatif semblable pour un membre de la Maison royale, « mon fils » dénotait la proximité de l'archevêque avec le victorin, mais entre les deux hommes, c'était surtout un signal déguisé, Eustache utilisait cette expression lorsqu'il était en désaccord avec le premier des infants d'Aldarnor, et ce dernier le savait ; le but était, on s'en doute, d'apparaître supérieur, si l'on peut user de pareille expression !
avatar
Eustache Thuillier
Modérateur
Modérateur

Messages : 12
Age : 74
Localisation : Basilique Sainte-Sagesse ; Rouvray
Emploi : Archevêque de Rouvray

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rêveur ? non, un prince !

Message  Invité le Mer 1 Aoû - 20:54

Le victorin se doutait de la raison dont parlait monseigneur Thuillier, mais, il ne voulu cependant pas entrer de lui-même dans le vif du sujet. Le victorin voyait bien le manège du prélat, il connaissait son caractère et ses manies, il n'allait pas s'en laisser compter comme lorsqu'il était enfant : pas question. C'est l'archevêque qui devrait engager la conversation, le but du victorin était de le mettre « mal à l'aise », mais surtout d'inverser la tournure de la conversation en se positionnant du côté le plus habile à tenir.

Louis n'avait aucun comptes à rendre à son aumônier au sujet de son mariage, lui-même d'ailleurs ne semblait pas avoir grand-chose à dire, alors il fallait rester délicat et surtout réservé sur le sujet ; même avec monseigneur Thuillier. Il débuta donc promptement :


— Bonjour monsieur. En effet oui, j'ai une petite idée de la raison qui vous à fait vous mouvoir jusqu'à mes appartements. C'est un sujet que je n'aime pas aborder si c'est ce à quoi je pense, alors monsieur, avant que de m'avancer, je vais vous laisser me dévoiler franchement la raison de votre venue ici.

Désignant une simple chaise au prélat, le victorin l'invita à s'y assoir tandis que lui s'affalait dans une bergère juste en face. Satisfait de sa parade, le victorin attendit sa réponse.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rêveur ? non, un prince !

Message  Eustache Thuillier le Dim 5 Aoû - 10:52

Eustache avait bien compris qu'il fallait qu'il se mouille cette fois, le victorin ne se laisserait pas berner, il fallait donc la jouer honnête, quitte à être même un peut brute : après tout, Eustache n'avait pas de sang bleu, il était issu d'une riche famille bourgeoise de Contenson, la capitale de la reculée sénéchaussée de Limougeois, « la province », comme le disait non sans un fond de mépris les Rouvaisiens…

Aujourd'hui, il était archevêque de Rouvray et cardinal, il n'allait pas s'en laisser compter, et si ses manières parfois un brun « rustiques » pouvaient déplaire, tant pis ! Il se lança donc :


— Monseigneur – le ton se voulait à la fois plus respectueux, mais plus proche aussi –, vous êtes un bon zorthodoxe, personne mieux que moi votre aumônier ne le sait. Je conjure Votre Altesse de ne point accepter un mariage belondaure si c'était là le souhait de Sa Majesté votre père ! Eustache mit le paquet : n'oubliez pas, Altesse, que ce sont ces gens qui ont fait la révolution, qu'ils ont craché sur les emblèmes de leur propre nation ! Les Dieux aiment la paix et l'ordre, pas les révolutions !

Un mariage avec une princesse belondaure serait perçue comme une mésalliance ici à la Cour qui plus est Altesse, les Temararien ne règnent que depuis quelques années, quand votre auguste Maison elle règne depuis plus d'un millénaire.

J'essaie de faire entendre à Votre Altesse la pensée de nombre de courtisans, honnêtement, sans détours, comme je l'ai toujours fait, j'espère ne pas vous avoir déçu...

Il s'arrêta net, espérant entendre la voix du victorin. Il avait une mine presque désespérée, mais le but était uniquement de chagriner le jeune prince : Eustache espérait l'émouvoir, le toucher, le faire vaciller même peut-être.

.......................................

SON ÉMINENCE RÉVÉRENDISSIME EUSTACHE THUILLIER
Archevêque de Rouvray
Épîcope
Commandeur de Saint-Théodore
avatar
Eustache Thuillier
Modérateur
Modérateur

Messages : 12
Age : 74
Localisation : Basilique Sainte-Sagesse ; Rouvray
Emploi : Archevêque de Rouvray

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rêveur ? non, un prince !

Message  Invité le Lun 6 Aoû - 12:41

— Allons allons ! M. Thuillier ! vous vous égarez ! C'est à mon père le roi que vous devriez aller dire cela, moi je ne puis choisir mon épouse, le mariage du victorin d'Aldarnor sera comme toujours, une affaire de pouvoir qui se jouera en coulisses, sans que le futur roi ne puisse dire mot !

Le victorin lança un regard noir à l'archevêque, comme s'il lui reprochait cette situation, alors qu'il savait parfaitement que le prélat n'y était pour rien.

— Je ne peux épouser la princesse de Myzithras ! son père est un homme rétrograde, qui a juré de liquider tous ses gentils sujets « s'ils faisaient la révolution comme les Belondaures », et je ne fais là que le citer ! Quelle image donnerais-je à mon peuple si je me mariais avec la fille de cet homme ?!

Je sais ce que l'on dit sur elle : elle est belle et intelligente, mais profondément réactionnaire aussi ! je ne puis concevoir un pareil mariage ! Je connais votre honnêteté, et jamais je ne vous la reprocherais, mais je ne puis envisager d'épouser une femme si éloignée de mes opinions.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rêveur ? non, un prince !

Message  Eustache Thuillier le Mar 7 Aoû - 19:27

Eustache sentait que le victorin était en train de se braquer, il ne voulait pas d’un mariage avec la princesse Anne. Il fallait alors convaincre le victorin de se « rabattre » sur une autre princesse, moins tapageuse qu’une princesse belondaure. L’archevêque ne savait trop que faire, et il lança dans un grincement de dents :

- Alors, Mathilde…

Il venait de se trahir lui-même, Eustache était pourtant un homme talentueux, il savait manier les mots avec habileté, mais là, il venait de découvrir son jeu, il n’y avait plus qu’à espérer que le victorin se laisse convaincre.

- La princesse Mathilde de Maisne est un excellent parti monseigneur. Elle est la fille de Louis VII, ce roi que tout le monde dit fou, mais qui est à mon sens un bâtisseur or du commun, génial ; un de ces hommes qui ne sont pas compris par leurs contemporains, mais qui resterons gravés dans les mémoires de tous pour les siècles à venir. On dit que son château du Rocher-du-Signe est féérique.

Mais, pour en revenir au sujet qui nous intéresse monseigneur, on dit que Mathilde est très belle, intelligente, mais surtout, elle est l’héritière du trône, Votre Altesse s’assure d’hériter du royaume du Maisne, et de sauver la population zorthodoxe de la gangrène protestante ! Les Dieux envoient le fils du roi très-zorthodoxe sauver le Maisne monseigneur !

Eustache avait mis le paquet, mais il était persuadé que les rois d’Aldarnor étaient investis d’une mission divine, de par leur essence même : les rois d’Aldarnor sont sacrés.

.......................................

SON ÉMINENCE RÉVÉRENDISSIME EUSTACHE THUILLIER
Archevêque de Rouvray
Épîcope
Commandeur de Saint-Théodore
avatar
Eustache Thuillier
Modérateur
Modérateur

Messages : 12
Age : 74
Localisation : Basilique Sainte-Sagesse ; Rouvray
Emploi : Archevêque de Rouvray

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rêveur ? non, un prince !

Message  Invité le Mar 7 Aoû - 21:04

Argh ! le victorin ne voyait pas vraiment pourquoi l'archevêque de Rouvray s'était dérangé pour venir ici, franchement, ça ne servait pas à grand-chose, il devait aller pleurer auprès du roi, non de lui ! Mais le victorin soupçonnait l'archevêque d'avoir finalement déguisé son jeu bien plus que ce qu'il n'y paraissait.

Tout ceci faisait parti des manœuvres du prélat, qui, à la vérité, espérait voir Louis basculer ouvertement dans le parti opposé au roi. Mais si sur le plan de la morale religieuse le victorin avait parfaitement suivit les conseils de son aumônier et confident de bien des instants, en revanche sur le plan de la politique, tout les opposait !

Le victorin était un zorthodoxe croyant et pratiquant, il était un bon prince, pieux, mais il s'était toujours beaucoup trop soucié des plus démunis : du coup, l'arme de l'archevêque s'était retournée contre lui, le victorin, en murissant, était devenu un progressiste convaincu, haïssant l'argent comme objet de convoitise, et méprisant ceux qui l'adorait… il n'y avait qu'à voir les finances du victorin pour s'en rendre compte : rien n'était équilibré ! Louis était toujours endetté, c'est simple, il donnait les trois-quarts de ses revenus aux œuvres, et pour financer sa Maison et ses propriétés – dont le splendide château de Nodéum –, il empruntait.

Le victorin ne se déciderait pas ce soir, et il ne donnerait pas plus son avis d'ailleurs !

Soudain, un valet entra discrètement dans la pièce :


— Monseigneur, pardonnez-moi de vous déranger, mais Sa Majesté votre père vous demande dans sa chambre, c'est très urgent, et il vous prie de venir toutes affaires cessantes.

Le valet se planta, et attendit que le victorin le suive manifestement.

— Je suis navré monseigneur, mais je vais devoir vous abandonner alors, le roi me demande – qu'elle aubaine pour Louis ! –, je vous laisse donc regagner la capitale, et vous souhaite la bonne nuit monseigneur.

Le victorin s'inclina légèrement, et se déroba aussitôt, laissant l'archevêque en plan, apparemment peu satisfait de l'entrevue…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rêveur ? non, un prince !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum